couv_404471

Sélection romans noirs BD de l’année 2020

BD, Coups de coeur

La Cage aux cons

De Matthieu Angotti et Robin Recht (Delcourt) 18,95 €

Adaptation du roman de Frantz Bartelt « Le jardin du bossu »

couv_404471

Un soir dans un bistro, un jeune riche alcoolisé (le con) dit à qui veut l’entendre qu’il a un gros paquet de fric en espèce planqué dans un tiroir de sa cuisine.
Une petite frappe décide alors de le suivre pour commettre un cambriolage.
Or, arrivé sur les lieux, le « con » n’est plus du tout saoul et tient une arme. Il y a un cadavre dans l’appartement. Le « con » demande à son cambrioleur d’enterrer le cadavre à la cave et de prendre sa place : il doit devenir son larbin, son esclave prisonnier.
S’ensuit une histoire de séquestration à tendance burlesque. Le narrateur en voix off est le séquestré : un gars bourru au langage fleuri et à la « sensibilité de gauche » comme il aime à se le répéter.
« La Cage aux cons » se déroule comme une pièce de théâtre où la psychologie des personnages est extrêmement bien développée.
On est tenu en haleine jusqu’à la conclusion par cette histoire aussi rocambolesque que sombre.
Un petit bijou de roman noir avec tous les ingrédients nécessaires au genre !
Excellent !

L’Accident de chasse

De David L. Carlson et Landis Blair (Sonatine) 29 €

couv_402846

1959, A la mort de sa mère, le petit Charlie est envoyé à Chicago chez son père, un écrivain aveugle qu’il connait très peu.

Depuis toujours, le père a dit à son fils qu’il avait perdu la vue lors d’un accident de chasse.

En grandissant, Charlie aide son père à la rédaction de ses livres. La relation père-fils est forte.

Mais un jour, la police vient sonner à leur porte : Charlie a commis un braquage et va être arrêté….

C’est l’occasion pour le père d’avoir une réelle discussion avec son fils : lui aussi a eu un passé sulfureux et a passé de nombreuses années en prison. C’est son histoire qu’il va raconter dans les pages qui suivent : Une incarcération terrible, des secrets enfouies… Charlie va découvrir le vrai visage de son père.

« L’Accident de chasse » est une ode à la littérature : on y voit comment la Culture a pu sauver un homme.

Une histoire sombre et magnifique tant sur la relation père-fils que sur le caractère « essentiel » de la Culture !


Un travail comme un autre

De Alex W. Inker (Sarbacane) 28 €

Adaptation du roman de Virginia Reeves

Couverture de Un travail comme un autre

Dans l’Amérique des années 1920, Roscoe est passionné par l’électricité dont il fait son métier. Mais en épousant Marie, il hérite de la ferme familiale de celle-ci et doit changer de métier pour devenir fermier. Métier qu’il méprise et qu’il exerce à contre-coeur.

Pour éviter la faillite, il décide de détourner clandestinement une ligne électrique pour la relier à sa ferme. L’entourloupe fonctionne pendant un temps… Mais un jour, un employé du réseau électrique, perd la vie à cause de son branchement sauvage.

Roscoe est alors incarcéré et nous suivons alors sa lente descente aux enfers.

Un récit magnifique, adapté de Virginia Reeves, porté par le toujours très fort dessin d’Inker, tout en oranges et en pointillisme.

Après les excellents « Apache », « Servir le peuple » et « Panama Al Brown », Inker nous livre ici une oeuvre majeure et étincelante !


RIP

De Gaet’s et Julien Monnier (Petit à petit) 3 tomes parus

couv_343719 couv_371943 couv_400844

RIP est un excellent polar dans un univers délicieusement glauque.

Nous suivons une brigade chargée de nettoyer les lieux où des gens ont été retrouvés morts après de longues semaines, souvent des personnes sans famille, mortes seules dans l’indifférence.

Le travail est dur, déprimant et mal payé.

L’intrigue vire au polar lorsque, après le passage de cette brigade, un bijou inestimable, disparait du doigt du cadavre de la vieille dame dont elle s’est occupée. Une enquête est alors diligentée.

Dans chacun des épisodes de la série, nous suivons la même histoire vue par un personnage différent.

Dans le premier tome : Derrick, un pauvre alcoolique

Dans le second : Maurice un vieux barbu aigri

Dans le troisième : Ahmed, jeune flic spécialisé dans l’étude des insectes.

La narration est originale et parfaitement maîtrisée. Les personnages sont tous bien approfondis : leur métier est aussi glauque que leur vie. Et l’intrigue policière est palpitante.

Une vraie réussite !