Coups de coeur

  • Coups de cœur Jeunesse du Moment

    Le fils de l’Ursari

    de Cyrille Pomès et Isabelle Merlet ; d’après le roman de Xavier-Laurent Petit
    Rue de Sèvres

    Résultat de recherche d'images pour "fils ursari"

    A partir de 13 ans

    Ciprian est un enfant Rom d’une dizaine d’années, fils de montreur d’ours. Devenus parias dans leur propre pays, la famille est contrainte de s’exiler en France, à Paris. Mais la dette qu’ils doivent rembourser à leur passeur est énorme et chacun des membres de la famille doit se mettre au « travail » : le père récupère de la ferraille sur les chantiers, la mère et la sœur font la manche, tandis que les deux frères pratiquent le vol à la tire dans la capitale.

    C’est au cours de ses virées que Ciprian va découvrir le jardin du « Lusquenbour » où un couple s’adonne quotidiennement à un jeu qui le fascine : « Lézecheck ». Ciprian, caché dans les buissons du Luxembourg, va alors se prendre de passion pour ce jeu, en apprendre seul les règles, et en mémoriser les parties. Une nouvelle vie commence alors…

    « Le fils de l’ursari » est un récit splendide et émouvant sur l’exil et la pauvreté vus à travers les yeux d’un enfant. On y aborde avec justesse et simplicité les problèmes très actuels de trafic d’humain et d’accueil des migrants.

    Malgré la vie difficile de cette famille, la BD reste optimiste et drôle et on s’attache évidemment à ce gamin des rues à l’esprit vif.

     


    Glouton

    de B-Gnet
    BD Kids

    Glouton : La terreur des glaces (0), bd chez BD Kids de B-gnet

    A partir de 7 ans

    Le glouton est un petit animal trapu qui a la particularité de bouffer tout ce qui passe à sa portée… à l’exception des gros animaux à qui il se contente de piquer les restes. Glouton est un être supérieur qui considère le reste des espèces avec mépris. Il est aussi le maître d’un idiot de chien bleu qu’il utilise principalement comme fauteuil…

    Après les excellents « Santiago » et « Santiagolf du Morbihan », B-Gnet s’adresse maintenant aux plus jeunes lecteurs avec son humour toujours très décalé. B-Gnet nous livre une série de strips hilarants qui n’ont rien à envier à un Fabcaro !

    A découvrir !

  • Coups de cœur premier trimestre 2019 #1

    La Tournée

    d’Andi Watson – Editions ça et là

    La tournée

    Fretwell, auteur de roman, est en pleine tournée de dédicace en librairies pour son dernier ouvrage « Sans le K ».

    Mais de librairies en librairies, la tournée se transforme en véritable descente aux enfers… Fretwel ne dédicace jamais un seul livre, son éditeur commence à le délaisser, son épouse ne répond plus à ses appels, les hôtels dans lesquels il est logé sont de plus en plus « miteux » et pour couronner le tout, un tueur en série semble le suivre tout au long de ses pérégrinations. Si bien qu’il attirera rapidement les soupçons de la police.

    Un super récit très kafkaïen à tendance paranoïaque !


    Des milliards de miroirs

    de Robin Cousin – Editions Flblb

    Des milliards de miroirs

    L’humanité est arrivée à une époque charnière de son existence où elle est obligée de modifier son mode de vie ou de disparaître. Les animaux n’existent plus à l’état sauvage et seuls quelques spécimens sont préservés dans d’immenses zoos sous cloches ; les insectes, derniers aliments carnés sont sur le point de disparaître à leur tour…

    Lorsqu’un jour, une immense découverte de l’Agence Spatiale Européenne va bouleverser les esprits. Une forme de vie intelligente a été détectée sur une planète lointaine. Les médias vont s’emparer de cette nouvelle qui va provoquer différents types de réactions : ceux qui voient en cette nouvelle civilisation un espoir pour sauver notre monde, ceux qui au contraire la redoutent, ceux qui pensent que préserver notre monde est déjà une tâche assez ardue pour avoir en plus à se préoccuper d’une planète lointaine, ceux qui pensent que dans 5 ans à peine l’humanité aura disparue… Cette découverte va également avoir pour conséquence l’explosion du nombre d’adepte d’une secte qui prétend avoir prédit tout cela.

    Sous couvert d’anticipation, Robin Cousin propose un récit très réaliste avec des profils psychologiques fouillées, un scénario très élaboré et une maitrise du final qui laisse toute sa place à l’imaginaire. Superbe !


    Nymphéas noirs

    De Duval, d’après Michel Bussi – Dupuis (Aire Libre)

    Nymphéas noirs

    Admirable adaptation des Nymphéas noirs de Michel Bussi.

    La quiétude du petit village de Giverny, où Claude Monet à peint les plus beaux de ses nymphéas, est perturbée par la découverte d’un cadavre à la surface d’un étang.

    Un inspecteur est dépêché sur les lieux. Trois personnages semblent graviter au cœur de cette affaire : une écolière douée en peinture, l’institutrice du village, et une  vieille dame qui espionne les faits et gestes des givernois.

    Une enquête palpitante portée par un destin somptueux qui rend hommage aux impressionnistes.


    PTSD

    De Singelin – Ankama (Label 619)

    PTSD - P.T.S.D. Rayon : Albums (Aventure-Action), Série : P.T.S.D., P.T.S.D. (Édition Collector Canal BD)

     

    Ancienne tireuse d’élite d’une guerre fictive, Jun est désormais vétérane à la rue, droguée et victime d’un lourd syndrome post-traumatique. La plupart des anciens soldats sont comme elle, des épaves victimes de trafiquants d’analgésiques dont ils sont devenus dépendants.

    Jun refuse toute aide extérieure, et c’est seule qu’elle tentera de surmonter son traumatisme.

    Très bon récit dans la lignée du Label 619. Un dessin très « urbain » par le dessinateur de « The Grocery » qui situe l’histoire dans un Tokyo imaginaire plein de violence.

    PTSD bénéficie d’une édition limitée CanalBD avec couverture alternative (CF : 2nde image ci-dessus)

  • BD et Féminisme

    Les 8 et 9 mars 2019, Femmes Solidaires organise comme chaque année le Festival L’écrit des femmes à l’Odyssée de Périgueux. Il y aura des rencontres, des tables rondes des lectures autour des femmes et du féminisme en général et des autrices en particulier.

     

    A cette occasion, nous remettons, à jour et en avant cette bibliographie BD autour des femmes et du féminisme :

    Le féminisme

    • Féministes – Collectif (Vide Cocagne)

    Récits militants sur la cause des femmes.

    Résultat de recherche d'images pour "feministes vide cocagne"


    • La Petite bédéthèque des Savoirs : le Féminisme – de Thomas Mathieu et Anne-Charlotte Husson (Le lombard)

    Un parfait petite documentaire pour comprendre le féminisme en 7 slogans et citations

     

     

     

     

     


    • Pourquoi y a t-il des inégalités entre les hommes et les femmes ? – Soledad Bravi et Dorothée Werner (Rue de Sèvres)

    L’évolution des droits de la femme de la Préhistoire à nos jours…

    Résultat de recherche d'images pour "inégalités hommes femmes soledad bravi"

    • Le Problème avec les femmes – Jacky Flemming (Dargaud)

    « Autrefois, les femmes n’existaient pas, et c’est pour cette raison qu’elles sont absentes des livres d’histoire. Il y avait des hommes et parmi eux, un certain nombre de génies. » À travers une succession de dessins hilarants, Jacky Fleming retrace avec ironie l’évolution de la femme dans notre société.

     

     

     


     

    • Les sentiments du Prince Charles – Liv Stromqüist (Rackham)

    Forte du constat que les déconvenues sentimentales sont loin d’être l’apanage exclusif de quelques chanteuses ou têtes couronnées, Liv Strömquist mène sa réflexion sur le pourquoi du comment de la relation amoureuse. Essai en bande dessinée rigoureux et documenté, Les sentiments du Prince Charles est avant tout un plaidoyer passionné pour l’autodétermination et la libération des corps et des consciences.

    Résultat de recherche d'images pour "sentiments du prince charles"

     


     

     

    Excellent documentaire sur ce sujet encore très tabou qu’est le « sexe féminin » !

    Après

    avoir disséqué, dans Les sentiments du prince Charles, le mariage en tant que construction historique et sociale, Liv Strömquist lève le voile sur des siècles de répression sexuelle et fait voler en éclats toutes les idées fausses autour du sexe féminin, sans oublier d’égratigner – au passage – l’obsession de notre culture pour la sexualité binaire.

     

     


    • I’m Every woman – Liv Stromquist (Rackham)

    C’est d’épouses, fiancées et copines dont il est question dans ce livre… Madame Elvis Presley, Madame Joseph Staline, Madame Jackson Pollock… et plein d’autres. Réunies par un seul et même destin : être les victimes d’hommes incapables de se comporter de façon normale et raisonnable avec leur partenaire. Qui étaient vraiment ces femmes et comment leur désir de vivre un amour romantique a pu pourrir à un tel point toute leur existence ? Page après page, Liv Strömquist lance ses flèches empoisonnées contre l’ordre patriarcal.

    I'm Every Woman


    • L’art de la vulve, une obscénité ? – Rokudenashiko (Presque Lune)

    Au Japon, l’art de la vulve ne passe pas. L’artiste tokyoïte Rokudenashiko a été inculpée le 24 décembre 2014 et incarcérée six mois après sa première arrestation, pour avoir enfreint la loi relative à l’obscénité, en moulant son sexe puis en le scannant en 3D afin de construire un canoë-kayak.
    Son travail, insolite et non dénué d’humour, vise à casser le tabou de la représentation du sexe féminin dans son pays, qui reste interdite — celui-ci est flouté, pixélisé ou estompé sur les photos, les dessins et dans les films — alors que la pornographie est largement diffusée. De son côté, le pénis est fêté comme il se doit chaque année pendant le festival du phallus de fer de kawasaki.
    Le récit de cette arrestation, médiatisée dans le monde entier, a permis de mettre en évidence les contradictions d’une société japonaise sclérosée par ses tabous — elle n’est bien sûr pas la seule — concernant plus généralement le statut de la femme.

    vulve couv


    • Vagin tonic – Lili Sohn (Casterman)

    Quand, au tournant de la trentaine, Lili Sohn doit faire face à un cancer et subit une ablation des seins, elle réalise qu’elle connaît mal son corps, et en particulier son appareil génital. Elle livre aujourd’hui Vagin tonic, fruit de ses réflexions et recherches sur la chose, qu’elle nomme sans prétention « [s]on petit guide décontracté de la foufoune ». A l’heure du mouvement #metoo et de la prise de conscience de la dévalorisation des femmes par la société, rien que de très logique.


    • Sexisme Man contre le sexisme – Isabelle Collet et Phiip (Lapin)

    Le sexisme dans les sciences et les maths..

    Résultat de recherche d'images pour "sexisme man"

     


    • La ligue des Super Féministes – Mirion Malle (La ville brûle)

    La ligue des super féministes est la première BD jeunesse réellement féministe. Elle s’adresse aux enfants dès 10 ans et aborde des thèmes inédits en jeunesse : la représentation, le sexisme, le consentement, le corps des filles, les notions de genre et d’identité sexuelle…

    • Un autre regard – Emma (Massot éditions) 3 tomes parus

    Avec, une dizaine d’histoires très variées autour du Féminisme, de la politique ou de la sexualité, cette jeune blogueuse casse les clichés sur bon nombre de sujets. A l’opposé des stéréotypes, elle dévoile notamment son expérience de jeune maman au travers d’une série d’anecdotes tout sauf édulcorées. En revisitant avec beaucoup de justesse et d’engagement des sujets tels que le sacro-saint instinct maternel, le baby blues, l’histoire du clitoris ou encore les violences policières, elle parvient à remettre en question des vérités qui pourraient paraître établies

    Résultat de recherche d'images pour "un autre regard" Résultat de recherche d'images pour "un autre regard emma"

     


    • Un clou dans le bec – Maxime Poisot et Emmanuelle Teyras (Marabulles)

    En 2017, #MeToo libérait la parole des femmes et révélait une liste infinie de clichés sexistes bien ancrés dans notre quotidien. Avec humour, Un clou dans le bec met en scène des femmes de tous milieux et de tous âges, confrontées à une remarque ou à un geste déplacé, le jour où elles décident de ne plus se taire.

    https://www.bdfugue.com/media/catalog/product/cache/1/image/400x/17f82f742ffe127f42dca9de82fb58b1/9/7/9782501133050_1_75.jpg


    • Commando Culotte – Mirion Malle (Ankama)

    Quelles places ont les femmes dans les blockbusters et les séries télé ? Quel est l’impact sur notre société ? Voilà les questions auxquelles répond Commando Culotte avec pédagogie mais aussi humour et légèreté,

     

     

     


     

    • Journal d’une Femen – Michel Dufranne et Séverine Lefebvre (Le Lombard)

    Apolline est une Française moderne. Jolie, la vingtaine, elle travaille dans une agence de communication. Divers incidents de son quotidien lui font prendre conscience du machisme ambiant et d’une violence envers les femmes qui la révolte, que ce soit au bureau, dans le métro et même au sein de sa famille! C’est pourquoi elle décide de rejoindre le mouvement féministe et activiste des Femen… avec les doutes, les difficultés et les conséquences que cela implique.

     

     

     


    Biographies

    • Culottées – Pénélope Bagieu (Gallimard) 2 tomes parus

    Pénélope Bagieu brosse avec humour et finesse quinze portraits de femmes, combattantes hors normes, qui ont bravé la pression sociale de leur époque pour mener la vie de leur choix.

    http://www.bedetheque.com/media/Couvertures/Couv_287773.jpg


    • Dures à cuire Till Lukat (Cambourakis)

    Comment parler de féminisme avec des mots simples et de manière concise? C’est ce que Dures à cuire propose en mettant en avant des femmes du monde entier, de différentes époques, qui se sont battues à leur manière pour défendre les droits des femmes.


    • Olympe de Gouges – Catel et Bocquet (Casterman)

    Une biographie de la première des féministes françaises

     

     

     


     

    • Ainsi soit Benoite Groult – Catel (Grasset)

    Biographie de benoite Groult écrivain engagée et féministe

     

     

     


    • Simone Veil l’immortelle – Pascal Bresson (Marabulles)

    Cet album est un vibrant hommage à Simone Veil, figure féministe populaire et discrète. Le récit s’attache aux temps forts de sa vie, de la loi pour l’IVG défendue à l’assemblée nationale, à son enfance à Nice avant d’être déportée avec sa famille.

    Simone Veil : L'immortelle par Bresson


    • Femme rebelle – Peter Bagge (Nada)

    L’histoire de Margaret Sanger, fondatrice du journal The Woman Rebel et du Planning familial

     

     

     


    • Simone de Beauvoir, une jeune fille qui dérange – Sophie Carquain (Marabulles)

    L’enfance et l’éducation d’une jeune fille qui va devenir une des plus brillantes intellectuelles du 20ème siècle et une des féministes les plus engagées.
    Un récit qui s’attache à montrer le parcours d’une toute jeune femme dont la passion pour les lettres et la connaissance est née dès l’enfance, dans un milieu et à une époque où il n’était pas si facile d’être une femme libre.

    Simone de Beauvoir, une jeune fille qui dérange par Carquain


    • Artemisia – Nathalie Ferlut et Tamia Baudouin (Delcourt)

    L’incroyable destin de la première femme peintre officiellement reconnue par l’Académie.

     

     

     


     

    • Isabella Bird – Taiga Sassa (Ki-oon) 2 tomes parus

    Le périple d’une exploratrice anglaise partie au Japon à l’époque victorienne,

     

     


     

    Couverture de Reine d'Égypte -1- Tome 1

    • Reine d’Egypte – Chie Inudoh (Ki-oon) 3 tomes parus

    L’Égypte ancienne revisitée à travers les yeux d’Hatchepsout, la première grande reine de l’histoire de l’Humanité

     

     

     


    Les violences faites aux femmes

    • Speak – Emily Caroll (Rue de Sèvres)

    Comme pour beaucoup d’adolescentes de son âge, l’entrée au lycée est pour Melinda source de profonds bouleversements dans ses habitudes, ses relations avec les autres, les profs, et ses parents. C’est à la fois une cause d’angoisse mais aussi l’occasion d découvertes et d’expériences nouvelles. Autant de troubles que l’on rassemble souvent un peu trop vite sous le terme générique de « crise d’ado ». Rien d’exceptionnel, jusqu’à cet incident grave, ce drame qui ne pourra qu’exacerber un profond sentiment de mal-être !

    Un soir d’été, au cours de la fête de fin d’année, la jeune fille est victime d’un viol par un lycéen. Elle décide alors d’appeler la police, mais rien n’est jamais simple dans ce genre de situation ! Aucun des participants ne saura pourquoi elle a lancé cet appel. Personne ne saura ce qui lui est vraiment arrivé ce soir-là. Ne parvenant pas à s’exprimer sur ce qui lui est arrivée, la jeune femme va s’enfermer dans un mutisme de plus en plus profond, frisant l’incommunicabilité.


    • De rose et de noir – Thibaut Lambert (Des ronds dans l’O)

    « Manon Séchan consulte une psychologue car elle subit des violences de la part de son compagnon. La réalité est difficile à admettre et il est encore plus difficile d’en parler. Mais la thérapie et l’aide de la fa­mille et des amis vont permettre à la jeune femme de tourner la page et de reconstruire une histoire. »

    Résultat de recherche d'images pour "de rose et de noir ronds dans l'o"


    • En chemin elle rencontre… – Collectif (Des ronds dans l’O) 3 tomes parus

    Un Ouvrage collectif de petites histoires sur les violences faites aux femmes. Avec Amnesty International

     

     

     


     

    • Inès – Loic Dauviliers et Jérome D’Aviau (Drugstore)

    Au coeur de la violence conjugale…Pour tout le monde, c’est un couple ordinaire. Lui est perçu comme le mari idéal, elle comme la femme réservée. Pourtant, une fois la porte de leur appartement fermée, les visages changent. Des bruits sourds, des bleus masqués, les regards du voisinage ou des amis niant la réalité par facilité… Les humiliations et les coups constituent le quotidien de cette jeune mère de famille. Jusqu’à quand ?

     

     


     

    • A la folie – Sylvain Ricard et James (Futuropolis)

    À la folie est un récit à deux voix. Celles d’un homme et d’une femme qui racontent comment leur couple s’est enfoncé dans la violence. Un récit au quotidien, presque sans acrimonie, qui n’occulte pas pour autant violences physique et psychologique.

     

     


     

    • Dans les sables mouvants – Rosalind Penfold (ça et là)

    Rosalind (qui signe ici sous un pseudo) retrace en images le cauchemar qu’elle a traversé au cours des dix années passées avec son compagnon. Un homme qui s’est révélé tour à tour attentionné et amoureux puis violent et sadique et dont elle a eu toutes les peines du monde à se séparer malgré l’horreur qu’elle vivait au quotidien.

     

     

     


    Le harcèlement

     

    Résultat de recherche d'images pour "tu pourrais me remercier"

    • Tu pourrais me remercier – Maria Stoian (Steinkis)

    Réunissant les voix d’hommes et de femmes de tous âges, les histoires contenues de cet ouvrage sont des expériences réelles de violence sexuelle, de violence et de harcèlement.
    Tu pourrais me remercier rappelle aux victimes qu’elles ne sont pas seules et à tous qu’aucune agression n’est anodine.

     

     


    • Liberté, égalité, fous-moi la paix ! – Julie Clavier et Claire Gosnon (Atlande)

    Petit guide de survie contre les harceleurs de rue

    Résultat de recherche d'images pour "liberte egalité fous moi la paix"


     

    • Les Crocodiles – Thomas Mathieu (Le Lombard)

    Thomas Mathieu raconte des histoires vraies (qui lui sont confiées par des filles) liées à des problématiques comme le harcèlement de rue, le machisme, le sexisme, avec une approche féministe et bienveillante vis-à-vis des femmes.

     

     


     

    • Hé ! Mademoiselle ! – Yatuu (Delcourt)

    Comme toutes les filles, Yatuu a subi les assauts lourds et incessants des primates de la rue. Comme toutes les filles, elle a tout tenté. Puis elle s’est décidée. La meilleure façon de lutter, c’est encore le gag. Au nom de toutes et à l’aide des anecdotes de ses copines, elle compile ces histoires, entre créativité et vulgarité, et propose des solutions… La prochaine fois, on saura quoi répondre !

     

     

     


    • Séducteurs de rue (Sociorama) – Léon Maret (Casterman)

    Dans chacun de ses tomes, la collection Sociarama met en images des enquêtes sociologiques. Séducteurs de rue se penche sur le monde des «PUA», pour «pick-up artists». Soit des jeunes hommes qui estiment être des «artistes» de la séduction et tentent de séduire des femmes via des techniques de drague éprouvées. La BD décrit l’univers des PUA, leur mode de pensée, leur lexique un peu ridicule (une «target», un «opener», le «field», etc). Et montre bien comment on retrouve, à la base de ces communautés en ligne, une vision profondément sexiste des rapports entre les hommes et les femmes.

     


    La Situation des femmes dans le monde

     

    • Paroles d’honneur – Leïla Slimani et Laetitia Coryn (Les arènes)

    Le témoignage de marocaines qui racontent sans tabou leur sexualité et les tragédies intimes que subissent la plupart des femmes du pays.

     

     

     


     

    • Doigts d’honneur – Ferenc et Bast (La boite à bulles)

    Lassée de cette révolution qui n’en finit pas, Layla préfère se concentrer sur la fin de ses études. Layla se laisse finalement porter par ce vent de liberté et cet esprit de solidarité qui semble régner entre manifestants. Ce qu’elle ignore malheureusement, c’est que la place Tahrir sera le théâtre d’aberrantes violences sexuelles et qu’elle comptera parmi les dizaines de victimes de cette semaine pas comme les autres… Au cœur d’une Egypte en reconstruction, où l’honneur est dans toutes les bouches, les femmes tentent de se frayer un chemin vers leurs droits les plus élémentaires…

     

     


     

    • Broderies – Marjane Satrapi (L’Association)

    Broderie lève le voile sur une coutume qui réunit les femmes iraniennes entre elles après le repas, pendant que les hommes vont faire la sieste, pour ce qu’elles appellent « la discussion ». Dans un pays où la liberté individuelle est plutôt contrainte, elles se sont octroyées le droit d’échanger librement a propos de leur condition de femme. Le moins que l’on puisse dire c’est que le choix des sujets ne connait pas de tabous et qu’elles abordent aisément les problèmes rencontrés dans leur sexualité.

     

     


     

    • Love story à l’iranienne – Jane Deuxard et Deloupy (Delcourt)

    Les jeunes Iraniens rêvent-ils encore d’en finir avec le régime ? Comment se rencontrer dans cette société qui ne le permet jamais ? Comment flirter ? Comment choisir sa femme ou son mari ? Malgré la tradition, malgré le régime. Des journalistes ont interviewé clandestinement de jeunes Iraniens pour donner un éclairage politique et social. Comment échapper à la police pour vivre sa love story ?

     

     


     

    • Lemonde d’Aïcha – Ugo Bertotti (Futuropolis)

    Des portraits de femmes bouleversantes qui donnent à voir leur courage pour lutter au quotidien contre les traditions et acquérir leur émancipation. Autant de témoignages qui dessinent un nouveau visage du Yémen, celui de femmes qui n’ont plus peur de lutter pour leur liberté. Une révolution, de moins en moins silencieuse.

     


     

    • La voiture d’Intisar – Pedro Riera et Nacho Casanova

    La BD décrit avec beaucoup de justesse le sort des femmes au Yémen. Elle aborde ainsi différents sujets qui titillent notre curiosité ou nos convictions : le mariage (forcé), le port du niqab, le respect dû au chef de famille ou encore l’obligation de toujours sortir accompagnée d’un wali (géniteur, frère, oncle, fils…).

     

     


     

    • Un tout petit bout d’elles – Zidrou et Raphaël Beuchot (Le lombard)

    La tradition cruelle de l’excision en Afrique de l’ouest

     

     

     


     

    • Femmes de réconfort – Kyung-A Jung (6 pieds sous terre)

    Jung Kyung-a, jeune auteure coréenne, raconte avec ce livre l’histoire vraie de ces « femmes de réconfort », envoyées dans les camps de l’armée japonaise pour y servir d’esclaves sexuelles.

     

     

     


    Les femmes se rebellent

     

    • Communardes ! – Wilfrid Lupano (Glénat) 3 tomes parus

    Le rôle essentiel des femmes dans la Commune de Paris à travers l’histoire de trois d’entre elles.

     

     

     


    • Shi – Zidrou et Homs (Dargaud)

    XIXème siècle, à une époque où les femmes se voient réduites à jouer les utilités, Au commencement était la colère fait de leur vengeance le fil rouge des quatre albums du cycle initial.

     

     

     


     

    • Bitch Planet – Kelly Sue DeConnick (Glénat)

    Le futur. Le monde est gouverné par le diktat des hommes. Les femmes qui ne se plient pas aveuglément à leur volonté doivent être « rééduquées ». À l’issue d’un discours évangélisateur psalmodié en boucle dans leur sommeil, elles sont expédiées dans l’établissement auxiliaire de conformité, une prison pour femmes en orbite au-dessus de la Terre. Ces rebelles qui rejettent les règles masculines vont ainsi découvrir les joies de la vie carcérale dans cette boîte de métal que l’on appelle « Bitch Planet. »

     

     


     

    • Princesse Ugg – Ted Naifeh (Akileos) 2 tomes parus

    Ulga, princesse barbare qui manie la hache comme personne, entre à l’académie des princesses pour y apprendre les bonnes manières…. Le choc des cultures sera violent ! Une BD anti-cliché !

     

     


     

    Résultat de recherche d'images pour "mondo reverso"

    • Mondo Reverso – Le Gouëfflec et Bertail (Fluide Glacial)

    Dans ce western féministe, les hommes portent des robes, restent au foyer et vendent leurs charmes pendant que les femmes portent le flingue, boivent dans les saloons et harcèlent les hommes. Basé sur le postulat de d’inversement des genres, l’album met en scène Cornélia, hors la loi sillonant les plaines de l’Ouest sauvage qui rencontre Lindbergh, homme au foyer en cavale.

     

     


     

    • Françoise, Manuela & les autres – James (Glénat)

    Françoise est présidente de la République. Manuela première ministre. Avec Françoise, Manuela et les autres, James propose une satire sociale et politique dans laquelle il s’amuse à inverser les rôles. Les hommes politiques deviennent des femmes, et les femmes des hommes – tout un programme !

     

     


    L’IVG

     

    • Le Choix – Alain et Désirée Frappier (La ville brûle)

    Une BD à la fois documentaire et autobiographique sur l’avortement

     

     

     


     

    • Des salopes et des anges – Tonino Benacquista et Florence Cestac (Dargaud)

    France, début des années 1970, trois femmes, trois vies et trois grossesses subies. Chacune d’entre elles décide alors de se rendre en Angleterre dans un bus affrété par le Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception.

     

     

     

     


    L’homosexualité et le Genre

     

    • Le bleu est une couleur chaude – Julie Maroh (Glénat)

    La vie de Clémentine bascule le jour où elle rencontre Emma, une jeune fille aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir toutes les facettes du désir. Elle lui permettra d’affronter enfin le regard des autres.

     

     

     


     

    • Beyond the lipstick – Muriel Douru (Marabout)

    Illustratrice, blogueuse, coquette, écolo, végétarienne, lesbienne, maman, engagée… Autant d’étiquettes différentes qui collent à la peau de Muriel Douru, mais qui, quoi qu’en disent la société, ses codes et ses lois, peuvent coexister sans problème ! A partir de son expérience personnelle, des témoignages de son entourage, Muriel Douru dénonce les clichés qui tendent à faire croire que les lesbiennes sont toutes des garçons manqués, ou que les féministes n’aiment pas les hommes ; elle dénonce les actes homophobes, gratuits et liberticides qui pourrissent le quotidien de beaucoup, elle s’insurge contre le décalage existant entre les idées et la réalité, notamment en terme de PMA, et bien d’autres choses encore.

     

     


     

    • L’essentiel des gouines à suivrek – Alison Bechdel (Même pas mal)

    Alison Bechdel a réalisé entre 1983 et 2008 plus de 500 strips mettant en scène une pléiade de personnages (dont Mo, son alter-ego) et traitant, entre autres, du thème de l’homosexualité féminine.

     

     

     


     

    Résultat de recherche d'images pour "fun home denoel"

    • Fun Home – Alison Bechdel (Denoël Graphic)

    Secrets de famille, déchirures cachées, enfance gothique, anxiétés sexuelles et grande littérature.. Une autobiographie familiale à l’humour sombre et à la lucidité éblouissante… . La jeunesse d’Alison est envahie par l’ombre de son père aux secrets brûlants, ogre des sentiments à la fois distant et infiniment proche. Elle découvre en même temps sa propre homosexualité et celle, soigneusement cachée, de ce tyran charmant, inconséquent et tourmenté, dont la mort brutale à 44 ans a tout d’un suicide.

     

     


     

    • Spinning – Tillie Walden (Gallimard)

    Le portrait touchant d’une jeune femme qui affirme son homosexualité et revendique sa liberté.

     

     

     


     

    • Rouge Tagada – Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini (Gulf Stream)

    La relation ambigüe entre deux adolescentes de 4ème

     

     

     


     

    • Justin – Gauthier (Delcourt)

    Quand le prof de sport demande de former une équipe de filles et de garçons, Justine reste au milieu. Il sent bien qu’il n’appartient pas au genre qu’on lui a attribué mais il se persuade que tout le monde le sait, « sauf papa et maman ». Au fil de sa vie d’enfant, d’ado et de jeune adulte, souvent malmené et incompris, Justine va entreprendre de vivre qui il a toujours été, c’est-à-dire Justin.

     

     


    • Appelez-moi Nathan – Catherine Castro et Quentin Zuttion (Payot)

    Nathan est né Lila, dans un corps de fille. Un corps qui ne lui a jamais convenu, il décide alors de corriger cette « erreur génétique » avec le soutien indéfectible de sa famille, ses amis, ses profs et, à seize ans, des injections de testostérone de 0,8 mg par mois. Quitte à devenir quelqu’un, autant que ce soit vous-même.


    • Pas mon genre ! – Yatuu (Marabout)

     

    « Je suis une fille et pourtant… »…Et pourtant -complétons cette phrase écrite sur la première page de la dernière BD de Yatuu- l’héroïne en jeans et chaussettes Pokemon de « Pas Mon genre! », dont on partage de savoureuse petites scènes de vie, aime jouer à la console (et pas se maquiller), adore manger (mais pas cuisiner), aime tendrement son homme (mais n’est pas très portée sur les « trucs cuculs »). Sur ses planches, elle nous rappelle qu’on peut être une (vraie) fille et ne pas aimer le rose, ni la mode, ni les soirées « on parle de mecs

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    • Petit Poilu : l’expérience extraordinaire – Céline Fraipont et Pierre Bailly (Dupuis)

    à partir de 3 ans

    Petit Poilu, infiltré malgré lui dans un étonnant laboratoire, fait la rencontre de Miss Divine. Cette savante folle et déjantée, avide d’expériences en tous genres, va se servir de Petit Poilu comme d’un véritable cobaye ! Heureusement qu’il n’est pas le seul dans cette galère, la petite Ève fait aussi partie de l’aventure.
    Les bras mécaniques, Tchak?Tchak et Kling?Kling, actionnés par Miss Divine présentent aux enfants des jouets de toutes sortes. Lorsque Petit Poilu et la petite Ève s’emparent des jouets correspondant à leur sexe, tout va bien, Miss Divine est aux anges ! Mais lorsque Petit Poilu s’empare d’un bébé au couffin rose et que la petite Ève s’émerveille devant une belle voiture rouge, Miss Divine se transforme en un véritable démon ! Et la savante contrariée va dès lors mettre en place son expérience extraordinaire…

    Petit Poilu - tome 15 - L'expérience extraordinaire


     

    Femmes et sexualité

     

    Résultat de recherche d'images pour "libre ! ovidie"

    • Libres ! – Ovidie et Diglee (Delcourt)

    Manifeste pour s’affranchir des dictats sexuels

     

     


    • Le vrai sexe de la vraie vie – Cy (lapin)

    Des anecdotes rigolotes sur la sexualité par Cy

    Résultat de recherche d'images pour "vrai sexe de la vraie vie" Résultat de recherche d'images pour "vrai sexe de la vraie vie"

     

  • Sélection Noël 2018

    Pour vous aider dans vos cadeaux, voici une petite sélection d’excellentes BD parues cette année que nous vous recommandons vivement !

    Nous nous limiterons ici aux tomes 1 ou one shots.

    ROMAN GRAPHIQUE

    L’Age d’or

    de Cyril Pédrosa et Roxanne Moreil (Dupuis : Aire libre)

    Fille aînée du roi, Tilda est l’héritière naturelle du royaume. Celle-ci est néanmoins évincée du trône et remplacée par son jeune frère. Contrainte à la réclusion, elle préfère l’exil et quitte le château accompagnée par quelques fidèles. Pour autant, elle n’a pas dit son dernier mot et rêve déjà de reprendre ce qui lui est dû. Dans sa fuite, elle va traverser des terres de misère où la révolte gronde au sein d’une population séduite par des idées nouvelles.

    Véritable roman médiéval, L’Âge d’or plonge le lecteur dans un XVe siècle concret et réaliste. Roxanne Moreil a rassemblé et mis en scène une foule d’éléments glanés au fil de l’Histoire (Jeanne d’Arc, les jacqueries annonçant la Réforme, le règne de Charles IX, etc.) et de l’imaginaire collectif (Robin des Bois, Don Quichotte, La Légende dorée). Le tout est raconté magistralement sous la forme d’une saga digne des plus grands textes du répertoire.

     

     


    Malaterre

    Couverture de Malaterrede Pierre-Henry Gomont (Dargaud)

    Coureur, menteur, buveur, noceur… Gabriel Lesaffre a toutes les qualités. Depuis l’enfance, il est en rupture avec son milieu familial. Épris de liberté, il ne supporte pas l’autorité. Un jour, il tombe amoureux d’une lointaine cousine, Claudia. Elle a dix ans de moins que lui. Coup de foudre, mariage, trois enfants : Gabriel se laisser séduire par les charmes de la vie de couple et les délices du confort bourgeois.

    Mais ses vieux démons se rappellent à son bon souvenir. Gabriel s’ennuie. Il plaque tout, s’envole pour l’Afrique, reste cinq ans sans donner de nouvelles. Puis il réapparaît, fidèle à lui-même. Mêlant manipulation, persuasion et belles promesses, il obtient la garde de Mathilde et Simon, les deux aînés, et les emmène avec lui en Afrique équatoriale. Pour ces deux jeunes ados, une nouvelle existence commence : ils découvrent l’Afrique et une vie « festive, bigarrée, frivole et un peu vaine ». Mais ils doivent aussi supporter les incessants problèmes d’argent de leur père, héritier d’un domaine qu’il est incapable de gérer, et son penchant insurmontable pour la boisson. Et si le rêve africain finissait par se dissiper dans les vapeurs d’alcool ?

     


    Séréna

    Couverture de Serenad’Anne-Caroline Pandolfo et Terkel Risjberg (Sarbacane)

    Serena a du caractère. Et elle aime les gens qui en ont. Les autres, elle les écrase. Lorsque la jolie rousse a croisé George, elle a tout de suite compris qu’il était son « âme sœur » et elle l’a suivi sans hésiter sur l’exploitation forestière qu’elle dirige d’une main de fer (dans un gant de crin particulièrement abrasif). La fin justifiant les moyens, elle bouscule ses ouvriers, manipule ses voisins, s’oppose au shérif et résiste aux agents du gouvernement. Il n’y a qu’a son mari qu’elle témoigne un peu de tendresse. Il ne faudrait cependant pas qu’il fasse preuve de faiblesse pour quelque raison que ce soit. Dans une Amérique en pleine crise économique où les emplois s’avèrent difficiles à trouver, rares sont ceux qui osent s’interposer devant cette figure omnipotente.

    Adapté du roman de Ron Nash par Anne-Caroline Pandolfo, Serena présente le portrait d’une femme fascinante. Forte, dure, déterminée et insensible, elle tient tête aux hommes, dompte les aigles, extermine les serpents et rase les forêts.

     


    Ailefroide Altitude 3954

    d’Olivier Bocquet et Jean-Marc Rochette (Casterman)

    Récit initiatique d’un gamin qui se rêvait guide et qui devient dessinateur, Ailefroide est tout à la fois une célébration de l’alpinisme, une déclaration d’amour à la haute montagne et une leçon de vie.

     

     

     

     


    Florida

    de Jean Dytar (Delcourt)

    S’interrogeant sur le rapport à l’image, sur les balbutiements de la cartographie, comme sur l’importance à rendre compte de l’espace et des lieux pour mieux les annexer, Florida revient sur la conquête des Amériques par les Huguenots. Il est ainsi question des desseins géopolitiques de l’époque – nous sommes dans l’Angleterre du XVIe – et des manigances de basse Cour, mais aussi des rêves oubliés d’une femme comme de ceux brisés de celui qu’elle a attendu puis soutenu.

     

     

     


    La croisade des innocents

    de CCouverture de La croisade des innocentshloé Cruchaudet (Soleil : Noctambule)

    Début du XIIIe siècle. Colas, douze ans, vit dans un climat de pauvreté et de terreur. Un jour où il craint la violence paternelle, il décide de s’enfuir et trouve refuge dans une brasserie parmi d’autres enfants exploités.
    Un soir d’hiver, Colas a une vision : Jésus lui apparaît, et lui ordonne d’aller délivrer son tombeau à Jérusalem. Avec l’aide de son ami Camille, il réussit à convaincre les autres enfants de constituer une croisade : sans adultes, sans puissant chevalier, ils arpentent les routes, persuadés que, grâce à leurs coeurs purs, rien ne pourra leur arriver…

     

     

     

     


    Bouts d’ficelles

    Couverture de Bouts d'ficellesd’Olivier Pont (Dargaud)

    On veut être serviable, aider son prochain et paf, tout le monde vous tombe dessus. Pourquoi ? Thibault ne sait vraiment pas comment un simple acte de gentillesse a transformé sa nuit en cauchemar sans fin. Et si ce n’était pas son jour, tout simplement ?

    Le bien trop rare Olivier Pont propose un album en liberté entre jeu formel et écriture automatique. Comme son titre l’indique, l’intrigue de Bouts d’ficelles n’est pas des plus exigeantes. Par contre, la manière est remarquable. Le scénariste ne s’est posé qu’une seule contrainte (au lecteur de la deviner avant la fin) et a laissé dérouler son imagination en avançant à l’aveugle.

     

     


    Mon voisin Raymond

    Mon voisin Raymondde Troub’s (Futuropolis)

    Troubs habite une petite ferme au coeur de la Dordogne. Il faut traverser un petit bois pour retrouver son voisin le plus proche, Raymond.
    Raymond est octogénaire. Il a longtemps vécu dans le village à côté. Sa vie s’est déroulée ici.
    Aujourd’hui, au fil des jours et des saisons, il cultive son petit bout de jardin, discute avec quelques amis de son âge ou le facteur, prépare la soupe du soir, en attendant la fin. Avec Troubs, il entretient des rapports particuliers. Le dessinateur l’aide dans les travaux les plus pénibles : couper du bois et le ranger, retourner la terre…
    En contrepartie, Raymond apprend à son ami artiste des rudiments de jardinage, la taille des arbres fruitiers, les cycles des saisons, de la nature… Raymond est un homme simple, comme il y en a des milliers. Son mode de vie ressemble à celui de ses parents, de ses grands-parents, qui lui ont transmis ses savoirs, qu’aujourd’hui il partage avec Troubs et les lecteurs.


    HISTORIQUE

     

    Charlotte Impératrice

    Couverture de Charlotte Impératrice -1- La Princesse et l'Archiducde Fabien Nury et Mathieu Bonhomme (Dargaud)

    Élevée par son père Léopold 1er, Charlotte de Belgique est destinée à faire un glorieux mariage. Pour la jeune femme, le choix s’arrête sur l’archiduc Maximilien d’Autriche, frère cadet de l’empereur François Joseph. Un mariage somptueux vient sceller leur union, qui, disons-le tout de suite, ne sera pas heureuse. Le jeune couple est dépassé par les rivalités dont ils sont le jeu, entre les terribles Habsbourg et le calculateur empereur Napoléon III. Et Maximilien se révèle un homme décevant, à tous points de vue. C’est en faisant face à l’adversité que Charlotte aura finalement l’occasion de quitter les voies d’un chemin tout tracé…

     

     

     


    Violette Morris

    Couverture de Violette Morris, à abattre par tous moyens -1- Première comparution

    de Bertrand Galic, Kris et Javi Rey (Futuropolis)

    Violette Morris est l’une des sportives françaises les plus titrées de l’histoire. Une championne toutes catégories : boxe, natation, football, athlétisme, course automobile. Elle devint chanteuse de cabaret et égérie des années 30, amie de Jean Cocteau, de Joséphine Baker, de Brassaï… Le 26 avril 1944, elle meurt dans une embuscade organisée par un groupe de résistants qui mitraille sa voiture. Était-ce elle qui était visée par les maquisards ? Tout porte à le croire. Car sous l’Occupation, elle passe pour « la hyène de la Gestapo », une collabo au service de l’Allemagne nazie.
    Voilà pour la légende. Une légende noire. Mais la réalité, quelle est-elle ? L’assassinat de cette « femme à abattre par tous moyens » ne cache-t-il pas autre chose ? Hors norme, sa personnalité est celle d’une femme impossible à enfermer en cases, son histoire est inouïe, son destin forcément tragique !

     


    Le voyage de Marcel Grob

    Couverture de Le voyage de Marcel Grob - Le Voyage de Marcel Grobde Philippe Collin et Sébastien Goethals (Futuropolis)

    Le 11 octobre 2009, Marcel Grob, un vieil homme de 83 ans, est interrogé sur un passage sombre de sa vie. Le 28 juin 1944, comme 10.000 Alsaciens, il est enrôlé de force par l’armée allemande. Des décennies plus tard, il doit convaincre le tribunal qu’il n’est pas un criminel. Avec un dossier historique.

     

     

     

     


    Moi, ce que j’aime c’est les monstres

    https://www.bedetheque.com/media/Couvertures/Couv_340583.jpgde Emil Ferris (Monsieur Toussaint Louverture)

    Chicago, fin des années 1960. Karen Reyes, dix ans, est une fan absolue des fantômes, vampires et autres morts-vivants. Elle se voit d’ailleurs comme un petit loup-garou : d’après elle, dans ce monde, il est plus facile d’être un monstre que d’être une femme. Un jour de Saint Valentin, au retour de l’école, Karen apprend la mort de sa belle voisine, Anka Silverberg, une survivante de l’Holocauste. Elle décide alors de mener l’enquête et va vite découvrir qu’entre le passé d’Anka au cœur de l’Allemagne nazie, son quartier en pleine ébullition et les drames qui, tapis dans l’ombre de son quotidien, la guettent, les monstres bons ou « pourris » sont des êtres comme les autres, complexes, torturés, fascinants. Conçu comme le journal intime d’une artiste surdouée, c’est un livre époustouflant.

     

     


    L’Histoire de la 5ème république

    L'Histoire de la Ve République en BD par Legrandde Thomas Legrand et François Warzala (Les Arènes)

    L’incroyable histoire de la Ve République retrace l’histoire de notre constitution, à la fois déséquilibrée, imparfaite, mais solide et résistante aux tumultes de l’histoire. À la façon d’un reporter qui explorerait ces six décennies d’histoire politique, Thomas Legrand fait parler les fondateurs et les praticiens de ces institutions, tout en en expliquant les rouages et les évolutions.
    De de Gaulle à Macron, ce sont, au bout du compte, soixante ans de paix et de relative stabilité, inédites dans l’histoire violente de notre pays, qui sont racontées ici et expliquées sous la plume de Thomas Legrand et le crayon de François Warzala.

     

     

     


     

    REPORTAGE / TEMOIGNAGE


    Les riches au tribunal

    Couverture de Les riches au tribunal - Riches au tribunalde Monique et Michel Pinçon-Charlot et Etienne Lécroart (Seuil – Delcourt)

    « Les yeux dans les yeux », Jérôme Cahuzac, ancien ministre du Budget, avait assuré ne pas avoir de comptes en Suisse… Monique et Michel Pinçon-Charlot, sociologues, sont spécialistes de la classe dominante. À la faveur du procès Cahuzac, ils décrivent comment la classe au pouvoir, sans distinction de couleur politique, se mobilise pour défendre l’un des leurs et le système organisé de la fraude fiscale.

     

     

     

     


    L’argent fou de la Françafrique

    Couverture de L'argent fou de la Françafrique - L'affaire des biens mal-acquisde Xavier Harel et Julien Solé (Glénat)

    Paris. Septembre 2011. La justice française saisit avenue Foch plusieurs dizaines de véhicules de luxe appartenant à Téodorin Obiang Nguema, fils aîné du président de la Guinée Équatoriale. C’est la première action concrète d’une enquête financière ouverte cinq ans auparavant. Une investigation tentaculaire qui a permis de mettre au jour l’incroyable fortune accumulée en France par plusieurs chefs d’états africains et leurs proches… avec la complicité de l’État français.

     

     


    Hypercapitalisme

    Hypercapitalismede Tim Kasser et Larry Gonick (Seuil – Delcourt)

    Hypercapitalisme explique comment l’économie moderne, en portant aux nues la loi du marché, en privatisant à tout crin, menace le développement de l’humanité, la justice sociale et la planète tout entière. Avec humour, Larry Gonick, cartoonist renommé, et Tim Kasser, professeur de psychologie, montrent aussi comment remettre la notion de bien-être au coeur de nos échanges.

     

     

     


    Kaboul requiem

    de Nicolas Wild et Sean Langman (La boite à bulles)

    « Le tribunal vous juge innocent… Mais les membres de la shura ont tout de même décidé de vous tuer. »
    Lors d’un voyage en avion, Nicolas Wild rencontre, par hasard, Sean Langman, un journaliste britannique pris en otage par les talibans en 2008. Ce dernier a signé un contrat avec un éditeur pour rendre compte de ses mésaventures, mais il n’y arrive pas. Est-il possible qu’il sorte de sa torpeur en présentant son aventure sous la forme d’une bande dessinée? La réponse est oui.

     

     

     

     


    L’Odyssée d’Hakim

    Couverture de Odyssée d'Hakim (l') -1- De la Syrie à la Turquiede Fabien Toulmé (Delcourt)

    L’histoire vraie d’Hakim, un jeune Syrien qui a dû fuir son pays pour devenir « réfugié ». Un témoignage puissant, touchant, sur ce que c’est d’être humain dans un monde qui oublie parfois de l’être.

     

     

     

     


    Humains, la Roya est un fleuve

    Humains, la roya est un fleuved’Edmond Baudoin et Troub’s (l’Association)

    La Roya est un fleuve qui prend sa source en France, au col de Tende, et se jette dans la Méditerranée à Vintimille, en Italie.
    Durant l’été 2017, Baudoin et Troubs ont parcouru cette vallée, à la rencontre des membres du collectif « Roya Citoyenne », des gens qui, comme Cédric Herrou, viennent en aide aux migrants qui tentent de passer la frontière.
    Comme à leur habitude (Viva la vida, Le Goût de la terre) ils ont rempli leurs carnets de portraits et ils interrogent avec bienveillance et simplicité la violence du monde et l’humanité qui en jaillit. Cette fois ils sont ici, dans le sud de la France, confrontés au racisme et à la solidarité, et cette question qui ne les quitte pas : « pourquoi pour moi c’est possible et pas pour un Afghan, un Soudanais, un Érythréen, un…? »

     

     


    POLICIER

    Nada

    de Cabanes et Manchette (Dupuis : Aire Libre)

    Il fut un temps où il n’y avait pas de téléphones portables, où les gens fumaient dans les bars et où il était possible de d’entrer peinard dans un commissariat pour y voler des armes sans craindre d’être filmé par des caméras de surveillance. En 1972, la mode était également à l’enlèvement des diplomates. Un petit groupe, Nada, constitué d’ouvriers et d’intellectuels, sous la direction du terroriste Buenaventura, projette le rapt de l’ambassadeur des États–Unis, Richard Poindexter. Le groupuscule d’amateurs y arrive sans trop de mal, mais il y a des blessés et un policier est tué. Les forces de l’ordre veulent venger leur confrère et les politiques sauver la face. Les milieux gauchistes sont dans la mire des enquêteurs.

     

     

     


    Il faut flinguer Ramirez

    de Nicolas Pétrimaux (Glénat)

    Jacques Ramirez est l’exemple parfait de l’intégration des personnes handicapées dans le milieu professionnel. Le fait d’être muet ne l’a pas empêché de devenir le meilleur technicien chez Robotop, le leader de l’aspiration des poussières. Ponctuel, efficace et aimable, son nom a même été avancé pour recevoir le titre d’employé de l’année (chut, ce n’est encore qu’une rumeur). Par contre, le cartel mexicain de la drogue l’a dans le collimateur et un contrat court sur sa tête.

    Entre exploitation et parodie, Il faut flinguer Ramirez ne fait pas dans le détail et distribue sans discuter pruneaux et mandales à qui mieux-mieux. Nicolas Petrimaux rend hommage aux films d’action des années quatre-vingts à la manière de Quentin Tarantino : récit choral à la distribution délirante, violence grand-guignolesque et humour saignant sont au rendez-vous.

     

     


    Moi, Fou

    Couverture de Moi, foud’Antonio Altarriba et Kéko (Denoël)

    Angel Molinos, docteur en psychologie et écrivain raté, basé à Vitoria comme le héros de Moi, assassin, travaille pour l’Observatoire des Troubles Mentaux (OTRAMENT), centre de recherche affilié aux Laboratoires Pfizin de Houston, qui suit l’évolution des maladies mentales et teste de nouvelles molécules sur des cobayes humains. Sa mission est d’identifier de nouveaux profils «pathologisables» afin d’aider Pfizin à élargir sa pharmacopée.
    Les nuits d’Angel sont hantées de cauchemars. De retour dans son village natal, que des rumeurs d’homosexualité l’ont forcé à quitter à l’âge 16 ans, il retrouve son père atteint d’Alzheimer et renoue avec l’homme, devenu moine, qui l’a initié à l’homoérotisme. Il comprend que son métier est lié à ce trauma : il crée des catégories d’«anormalité mentale» pour se venger de l’étiquette homosexuelle qui a bouleversé sa vie. Rentré à Vitoria, il décide de rallier la cause d’un collègue qui prétend dénoncer les pratiques d’OTRAMENT. Mais le lanceur d’alerte a disparu, et Angel trouve devant sa porte la main coupée de ce dernier. Ses employeurs auraient-ils décidé de se débarrasser de lui? L’inventeur de fausses folies serait-il en train de devenir fou?

     


    Renato Jones

    Renato Jones -1- Saison une : Les Un%de Kaare Andrews (Akileos)

    Les UN % possèdent plus de la moitié de la richesse mondiale. Ils ont écrasé les économies, ont acheté des gouvernements et ont accumulé plus de pouvoir que tout autre groupe de l’histoire. Et ils n’en ont toujours pas assez. Avec ce genre de pouvoir, comment peut-on imaginer les faire payer ? Et QUI les fera payer ? Permettez-nous de vous présenter Renato Jones, un mystérieux justicier venu remettre les compteurs à zéro. Et avec son entrée en jeu, LES SUPER RICHES L’ONT SUPER PROFOND…

     

     

     

     


    SCIENCE-FICTION

    Negalyod

    Couverture de Negalyodde Vincent Perriot (Casterman)

    Un monde sillonné de tuyaux gigantesques et peuplé de dinosaures… Des villes qui flottent dans le ciel et recouvrent de leurs ombres les faubourgs grouillants d’une humanité industrieuse… Et un « réseau » omniprésent qui domine les terres et les hommes. Jarri Tchepalt est un berger du désert de Ty. Il parle aux dinosaures et maîtrise l’art des cordes. Quand un camion générateur d’orage anéantit son troupeau, Jarri décide de partir en ville – pour la première fois – afin de se venger… Mais révolte et révolution ne mènent pas toujours là où on croyait. Réunissant créatures préhistoriques, urbanisme de science-fiction et vaisseaux low-tech, Vincent Perriot développe un récit univers où la vengeance rencontre bien des surprises avant de devenir quête d’un monde meilleur.

     

     


    Bionique

    de Koren Shadmi (Ici même)

    Pas facile la vie de lycée quand on est élève lambda. Victor aimerait bien aborder Patricia, mais jamais elle n’acceptera de lui parler. « Vous ne jouez absolument pas dans la même catégorie » lui répète son pote Gus. Le jeune homme ose finalement se jeter à l’eau et, contrairement à ce qu’il redoutait, la conversation se passe plutôt bien. Puis, patatras, c’est l’accident, Patricia est renversée par un chauffard et est gravement blessée. À son retour à l’école, elle est complètement changée. Physiquement d’abord, avec ses multiples greffes bioniques qui la maintiennent en vie, mais également psychologiquement. Au delà de sa chair, c’est son être profond qui s’est radicalement modifié. Suffisamment pour oublier Victor ?

     

     

     


    American gods

    Couverture de American Gods -1- Volume 1de Phillip Craig Russel (Urban)

    Ombre vient tout juste de sortir de prison lorsqu’il apprend la mort de sa femme et de son meilleur ami dans un terrible accident de voiture. Dans l’avion qui le ramène chez lui, il fait la connaissance d’un étrange personnage appelé Voyageur. Ce dernier, qui n’est autre que le dieu nordique Odin, lui propose de l’embaucher comme garde du corps. Ensemble, ils vont poser les bases d’une lutte qui opposera le panthéon des anciens dieux à celui des divinités modernes, la Télévision, Internet ou encore la Voiture.

     

     

     

     


    Méto

    Méto -1- La Maisonde Lylian et Nesmo (Glénat)

    Ils sont 64 enfants, coupés du monde et surveillés de main de fer par les Césars. Le quotidien de Méto, Quintus et leurs camarades est régulé par des règles étranges et rigides. Aucun écart de conduite n’est toléré. Seule manière de survivre à ce quotidien : respecter le code de conduite, encore et encore. Lorsque Méto se voit confier la responsabilité de former le nouvel arrivant Crassus, il sait qu’il va devoir mettre les bouchées doubles pour ne pas être sanctionné. Tandis qu’il lui enseigne les règles de la maison, Méto débute une quête de la vérité : pourquoi personne n’a de souvenirs d’avant leur arrivée ? Pourquoi sont-ils ici ? Et surtout, qu’il y a-t-il à l’extérieur ?

     

     

     


    La Tomate

    d’Anne-Laure Reboul et Régis Penet (Glénat)

    Dans un futur relativement éloigné, des agents ont pour mandat de faire table rase du passé : livres, œuvres d’Art, tout est systématiquement et impitoyablement détruit. Les villes sont bétonnées, la nourriture et l’eau sont rares et rigoureusement rationnées. Anne, qui travaille pour le service d’épuration, trouve par hasard quelques semences qu’elle plante dans une poignée de terre. Cet accroc aux mœurs et aux lois de son époque est le début de la fin, du moins la sienne.

     

     

     

     


    Ploutocratie

    Couverture de Ploutocratie - Ploutocratie, chronique d'un monopole globald’Abraham Martinez (Bang !)

    2051. La plus grande entreprise du monde, La Compagnie, s’est emparée du pouvoir à l’échelon planétaire et dirige le monde comme s’il s’agissait d’une entreprise.

    Dans une ploutocratie, plus on est riche, plus on est puissant. Les élections ont été remplacées par des assemblées générales d’actionnaires où les voix sont liées au nombre d’actions possédées par les citoyens. Le gouvernement est formé par ceux qui possèdent le plus d’actions et ce sont les lois du marché qui régissent tout, créant un étrange système politique. Dans ce contexte, un citoyen anonyme décide d’enquêter sur la manière dont le monde en est arrivé à cette situation, sans faire cas de la version officielle.

    Sans qu’il sache très bien pourquoi, plusieurs membres du gouvernement finissent par l’encourager à mener cette enquête qui va apparemment à l’encontre de leurs intérêts, en lui donnant accès à toutes les informations.
    Dès lors, il poursuivra deux objectifs : découvrir la véritable histoire de La Compagnie et tenter de comprendre quels sont les divers intérêts qui essaient d’influer sur son enquête.

     


     

    HUMOUR

    Moins qu’hier (plus que demain)

    Couverture de Moins qu'hier (plus que demain)de Fabcaro (Glénat)

    Acceptez-vous d’être débordés par les tâches du quotidien ? D’aller déjeuner chez vos beaux-parents chaque premier dimanche du mois ? De mettre une liste sur le frigo pour savoir qui fait quoi dans la maison ? Et d’avoir des idées divergentes sur l’éducation de vos enfants ? Alors félicitations, vous voici unis par les liens d’un mariage précaire et conflictuel !

     

     

     

     


    Mondo Reverso

    d’Arnaud Le Gouëfflec et Dominique Bertail (Fluide Glacial)

    Un décor familier de roches et de sable, mais où le gazon, étrangement, domine. Dans cet Arizon-là, les femmes crachent par terre, rotent et tiennent le colt. Quant aux hommes, ils se rassemblent pour parler chiffons et font dans la dentelle. Cornelia et Lindberg peuvent remercier le hasard qui les a fait se croiser. Ces deux fugitifs étaient faits pour s’entendre : elle, desperada recherchée «dead or alive» par une pasteure chasseuse de primes et lui, victime de sa soif de liberté et dégoutté de son statut de potiche. Autour de ces tourtereaux qui s’ignorent gravitent des indiennes très farouches, un ermite errant et une pseudo reine encombrée d’un dard disgracieux. Les hormones en folie tourbillonnent et provoquent un joyeux bordel des esprits et des sens. Bienvenue dans cet ouest décalé, tout proche de l’enfer.

     

     


    Didier, la 5ème roue du tracteur

    Couverture de Didier, la 5e roue du tracteurde Pascal Rabaté et François Ravard (Futuropolis)

    Didier vit avec sa sœur Soazig dans une petite ferme bretonne. Il est très malheureux : à 45 ans, ce passionné du tour de France n’a toujours pas connu le grand amour. Alors qu’il doit acheter une moissonneuse à la vente aux enchères du matériel agricole de Régis, copain de beuverie et fermier en faillite, il revient sans matériel mais avec son copain. Soazig est furieuse, mais pourtant le courant passe entre Régis et elle, soufflant un vent de liberté sexuelle. Consciente des malheurs de son frère, elle l’inscrit à son insu sur un site de rencontres. Rapidement, le profil de Didier fait une touche : la très entreprenante « Coquinette »…

     

     

     


    Pan t’es mort !

    Couverture de Pan ! T'es mort !de Terreur graphique et Guillaume Guerse (Delcourt : Pataquès)

    Quoi de plus universel que la mort ? N’est-ce pas ce qui nous rapproche le plus les uns les autres ? Pan ! T’es mort ! propose de la dédramatiser, d’en rire tant qu’on est encore vivants. Un guide du savoir-mourir.

     

     


    Les aventuriers du Mékong

    Couverture de Les aventuriers du Mékongde Guillaume Guerse et Marc Pichelin (Delcourt : Pataquès)

    Pour vendre aujourd’hui, il faut faire de la BD de reportage. C’est la nouvelle recette du succès. C’est du moins la conviction de Marco et Gégé, deux auteurs losers, décidés à transformer des vacances exotiques en best-seller.

    Marco et Gégé, les alter ego un peu losers des deux auteurs, cèdent à la mode du moment en écrivant un récit de voyage pour enfin rencontrer le succès. Ils choisissent le Laos, pays encore peu traité en bande dessinée, sur ce seul critère opportuniste. Et là démarre un séjour purement touristique qui va tourner à l’aventure loufoque. Ou quand deux pieds nickelés tentent de se prendre pour Tintin…

  • Coups de coeur de septembre

    L’Age d’or

    de Cyril Pedrosa et Roxanne Moreil (Dupuis – Aire Libre)

    Résultat de recherche d'images pour "l'age d'or pedrosa"

     

    Après « Portugal » et « Les Equinoxes » qui font tous deux partie des gros coups de coeur de la librairie, nous attendions le nouveau Pedrosa avec beaucoup d’impatience et d’énormes attentes. Et encore une fois nous avons été conquis !

    Tout d’abord l’objet est superbe ! Le dessin est purement magnifique, empruntant tant à l’enluminure médiévale qu’aux jeux de lumière et clairs obscurs modernes. Les paysages sont somptueux, élégamment représentés en négatifs donnant à l’œuvre un aspect intemporel et quasi féérique. Le découpage lui-même est hors du commun.

    « L’âge d’or » met en scène Tilda, jeune princesse qui doit succéder à son père tout juste décédé. Mais le destin en aura décidé autrement et le jeune frère de Tilda, épris de pouvoir, va chasser sa soeur et s’accaparer le royaume aidé par la reine elle-même.

    Tilda est alors condamnée à l’exil.

    Sous couvert d’épopée médiévale, « l’âge d’or » traite de sujets contemporains et se mue en fable sociale. Car le destin de Tilda est lié à celui d’un livre mythique perdu : « l’âge d’or », dont les écrits promeuvent un nouvel ordre sociétal susceptible de modifier la face du monde. Lutte des classes, féminisme, concentration des pouvoirs… font partie des innombrables  thématiques abordées dans cette magnifique BD.

    Assurément l’une des meilleures BD de cette année !

     

    Marine


    Malaterre

    De Pierre Henry Gomont (Dargaud)

    Résultat de recherche d'images pour "malaterre gomont"Résultat de recherche d'images pour "malaterre gomont"

    Gabriel est un être abject mais complexe, qui aime sa liberté aux dépens de toutes et tous.

    En rupture avec sa famille, il va épouser une jeune cousine, Claudia, avec qui il aura trois enfants. Il se prend d’abord à la vie de famille, avant de se lasser et de tout plaquer pour racheter un ancien domaine et une exploitation forestière en Afrique perdus par sa famille pendant la crise de 1929.

    Dès lors, Gabriel n’aura de cesse de tenter de faire fructifier cet « héritage » familial, usant des procédés les plus vils. Il magouillera aussi pour obtenir la garde des deux ainés de ses enfants, qu’il amène en Afrique à l’insu de leur mère.

    Les deux jeunes ados se retrouvent donc en Afrique, livrés à eux-même dans un monde idyllique et festif. Leur père s’en occupe peu, mais leur fait subir ses sautes d’humeur, et ses inconséquences… Bientôt ils se retrouveront à la tête d’un domaine qu’ils seront incapables de gérer, avec des dettes héritées de leur père et un rêve qui n’est pas le leur.

    Un superbe récit très intense, par l’auteur de « Peirera prétend ».

     

    Marine