Rencontres – Dédicaces

  • Rencontre avec Mana Neyestani

    Dans le cadre du Festival Printemps au Proche Orient, le dessinateur iranien Mana Neyestani sera présent à Périgueux pour une rencontre suivie d’une séance de dédicace le jeudi 18 mai à 19h30 à l’auditorium de la Médiathèque Pierre Fanlac.

    L’auteur :

    Résultat de recherche d'images pour "mana neyestani"Mana Neyestani est un dessinateur de presse iranien, né à Téhéran en 1973.

    En 2006, un de ses dessins publié dans une revue jeunesse, sera à l’origine de sa condamnation par le régime iranien. De 2007 à 2010 il sera contraint de s’exiler en Malaisie d’où il publiera des illustrations sur des sites dissidents iraniens.

    Dans la foulée de l’élection frauduleuse de 2009, son travail est devenu une icône de la défiance du peuple iranien.

    Mana Neyestani a remporté de nombreux prix iraniens et internationaux, plus récemment, le Prix du Courage 2010 du CRNI (Cartoonists Rights Network International ). Membre de l’association Cartooning for Peace, il a reçu le Prix international du dessin de presse, le 3 mai 2012, des mains de Kofi Annan et le Prix Alsacien de l’engagement démocratique en 2015.

    Mana Neyestani est réfugié politique en France depuis 2011 et vit à Paris avec sa femme.

     

    Ses BD :

    En France, il est publié chez les éditions ça et là.

    • « Une métamorphose iranienne » paru en 2012, raconte son emprisonnement et sa fuite d’Iran
    • « Tout va bien ! » paru en 2013 est un recueil de dessins de presse
    • « Petit manuel du parfait réfugié politique » paru en 2015 raconte les difficultés administrative qu’il a rencontrées afin d’obtenir l’asile politique en France.

    • Le 12 mai 2017, paraîtra sa nouveauté « L’araignée de Mashad« , toujours aux éditions ça et là.

    « L’araignée de Mashad » est un fascinant docu-fiction à propos d’un tueur en série qui a sévi dans l’est de l’Iran au début des années 2000. Basé sur des entretiens filmés par deux journalistes proches de Mana Neyestani, L’Araignée de Mashhad retranscrit le parcours de Said Hanaï, qui, au prétexte de se conformer à des prescriptions religieuses, assassina seize femmes prostituées ou droguées en quelques mois dans la ville sainte de Mashhad, située au nord-est du pays.

    Les évènements à ne pas manquer :

    • Une exposition des planches de Mana Neyestani issues de « Tout va bien ! » seront exposées du 15 mai au 3 juin à la Galerie l’appart, située 10 rue Arago à Périgueux
    • Le vernissage de l’exposition aura lieu le 18 mai à 18h30 à l’appart, en présence de l’auteur
    • Le 18 mai à 19h30, une rencontre – discussion aura lieu à l’auditorium de la Médiathèque Pierre Fanlac, 12 avenue Georges Pompidou à Périgueux

    La rencontre, d’environ 45 minutes, sera animée par le Club de la Presse de Périgueux et Amnesty International. Y seront abordées principalement les thèmes du Droit de la presse et du droit d’asile.

    A l’issue de la rencontre, un apéritif sera proposé dans le hall de la médiathèque avec une séance de dédicace de Mana Neyestani.

    • Le jeudi 18 mai dans l’après midi, Mana Neyestani rencontrera les élèves du lycée professionnel Pablo Picasso de Périgueux et ceux du lycée agricole de Coulounieix Chamiers. Le vendredi 19 mai dans la matinée il rencontrera les élèves du lycée Laure Gatet de Périgueux.

    Résultat de recherche d'images pour "mana neyestani"Résultat de recherche d'images pour "mana neyestani"Résultat de recherche d'images pour "mana neyestani"Résultat de recherche d'images pour "mana neyestani"

     

  • L’écrit des femmes – 17 et 18 mars

    L’Association Femmes Solidaires organise le Salon « L’écrit des femmes » les vendredi 17 et samedi 18 mars au théâtre l’Odyssée à Périgueux. Durant les deux jours, il y aura des dédicaces, des tables rondes, des lectures autour des femmes et de leurs écrits.

    En BD, 5 auteurs seront présents :

    Anne Baraou



    Scénariste entre autre de « Cul nu » aux éditions de l’Olivier




    Anne Baraou et Fanny Dalle-Rive mènent l’enquête (et se mettent en scène dans l’album dans cette quête de témoignages) pour proposer une bonne vingtaine de mauvais coups, ratés d’un soir, où le cul au lieu d’être joyeux et jouissif, est plutôt nul.

    Muriel Douru





    Auteur de « Beyond the Lipstick » aux éditions Marabout




    La BD qui va faire du bruit ! Illustratrice, blogueuse, coquette, écolo, végétarienne, lesbienne, maman, engagée… Autant d’étiquettes différentes qui collent à la peau de Muriel Douru, mais qui, quoi qu’en disent la société, ses codes et ses lois, peuvent coexister sans problème ! A partir de son expérience personnelle, des témoignages de son entourage, Muriel Douru dénonce les clichés qui tendent à faire croire que les lesbiennes sont toutes des garçons manqués, ou que les féministes n’aiment pas les hommes ; elle dénonce les actes homophobes, gratuits et liberticides qui pourrissent le quotidien de beaucoup, elle s’insurge contre le décalage existant entre les idées et la réalité, notamment en terme de PMA, et bien d’autres choses encore. Pour elle, un objectif : faire changer le regard des gens sur l’homosexualité : un sujet majeur, car elle concerne toutes les familles, y compris celles qui ont manifesté contre le mariage pour tous !Une parution qui tombe à pic : 17 mai 2016 est la journée mondiale de lutte contre l’homophobie.

    Désirée et Alain Frappier



    Auteurs de la BD « Le Choix » aux éditions La Ville brûle



    Désirée et Alain Frappier nous font revivre les années 1970 à 2014 sous l’angle -excusez du peu, il s’agit de la moitié de la population- de la conquête du droit des femmes à choisir de procréer ou non Ils le font à leur manière sensible, mêlant le personnel et le social, l’intime et le politique pour nous rappeler comment c’était «avant», avant la loi Veil, pour montrer combien cette liberté, gagnée dans le combat le plus important du XXe siècle, reste menacée par des nostalgiques d’une société patriarcale. Le Choix, travail de mémoire et de vigilance. Est aussi un manifeste pour une vie libre et heureuse.

    Le couple est aussi auteur de « Là où se termine la terre », « Dans l’ombre de Charonne », « La vie sans mode d’emploi »

    Perrine Rouillon



    Résultat de recherche d'images pour "perrine rouillon"

    Auteur de « Moi et les autres petites personnes on voudrait savoir pourquoi on n’est pas dans le livre… »


    Résultat de recherche d'images pour "perrine rouillon"

    En donnant vie à ce qui n’était au départ qu’un signe de ponctuation fantaisiste, Perrine Rouillon a transformé son adorable idéogramme en concentré de pensée et d’émotions.

     

    Programme :

    Le vendredi et le samedi de 16h30 à 17h15, sont organisés des rencontres avec le Collectif des créatrices de BD contre le sexisme.

    Retrouvez le reste du programme dans la plaquette ci-dessous

    plaquette-lecrit-des-femmes1


    En Partenariat avec :

  • Samedi 22 octobre : Tanx en dédicace

    Samedi 22 octobre, la dessinatrice Tanx sera en dédicace à la librairie à partir de 15h.

    Une rencontre apéro suivra au bar associatif « Les thétards » à 18h [7 rue de la Bride à Périgueux]

    tanx-22-octobre

    Tanx n’est pas monomaniaque. Qui oserait dire qu’une créatrice qui se consacre à l’illustration, l’affiche de concert, la peinture, la linogravure, la cuisine et la bande dessinée… est monomaniaque ? Personne ! C’est bien pour cela que Tanx n’est pas monomaniaque. Le souci est que les amateurs de bande dessinée le sont souvent. Alors, lorsqu’ils découvrent un auteur qui peut porter le qualificatif d’ “Auteur” sans avoir à en rougir de honte… Forcément, ils aimeraient avoir, au minimum, un livre tout les ans. Problème, Tanx ne consacre pas tout son temps à la bande dessinée… On n’arrête pas de vous le dire, Tanx n’est pas monomaniaque.

    En BD, elle est l’auteur entre autres de « Velue » et « Des croutes aux coins des yeux » aux éditions 6 pieds sous terre.

    Velue :

    Dotée d’une particularité physique peu commune, une pilosité très abondante répartie sur tout son corps et qui repousse sans cesse, la vie d’Isabelle est un enfer. Son enfance chaotique, sous la coupe d’un père angoissé qui ne songe qu’à la cacher, n’est que la première étape d’une confrontation permanente au monde, révélatrice du conformisme et de la bêtise.
    Sa révolte adolescente n’en sera que plus violente, sanglante, longeant les marges de la société.

     

     

     

     

    Des croutes aux coins des yeux :

    C’est vers 2005 que Tanx entreprend un exercice narratif journalier, publié sur l’un de ses blogs, qui abouti aujourd’hui à ce livre au titre évocateur : Des croûtes aux coins des yeux. Tous les matins, au réveil, elle entame sa journée en dessinant un strip, couchant ce qui lui occupe l’esprit dans l’instant. Bien que l’astreinte journalière ne sera pas vraiment respecté au fil du temps, l’exercice perdure depuis maintenant 11 ans. On entre ainsi dans la chair crue du quotidien, brut de décoffrage, ou les vicissitudes de la survie financière, l’engagement politique, le rapport aux autres, les angoisses personnelles et tout ce qui peut composer nos premières pensées matinales se voient propulsés, littéralement évacués sur le papier. S’élabore un incroyable portrait témoignage, sans détour ni pudeur, cruel et drôle, autant reflexif sur ses pratiques artistiques, son milieu professionnel et personnel imbriqués, qu’évolutif aux gré des évènements de la vie, du travail, des relations avec ses proches, ses lointains (sa pratique assidue des réseaux sociaux). En creux, surtout, on y lira la cartographie mentale, sociale, d’une autrice farouchement soucieuse de son indépendance et de son intégrité artistique se débattant face au monde contemporain et ses reculades sociales, sa gestion purement comptable des citoyens, de l’Art et des idées. Les strips s’empilent au fil des mois, percutants et acerbes, ils dessinent le présent et nos luttes intérieures, loin de l’entre-soi d’une création repliée sur elle-mêmeet encore plus loin d’une autobiographie contrainte à l’ennui.
    Graphiquement, le style des dessins évoluent, aux fils des ans et des envies et questionnements de l’autrice sur la forme de son travail quotidien, passant du croquis hyper-expressif des débuts à un réalisme classique, dérivant vers l’anthropomorphisme… toujours vivant et surprenant, Des croûtes aux coins des yeux est un laboratoire in-vivo, bouillonnant d’idées et de spontanéité, salvateur et fort en gueule.
    La rencontre est organisée en collaboration avec l’APCD (L’Association des Précaires et chomeurs de Dordogne)
  • Vendredi 23 septembre : Philippe Scoffoni et Benoit Rivière en dédicace

    Vendredi 23 septembre, de 15h à 19h, Philippe Scoffoni sera en dédicace à la librairie pour la série « Exo » qu’il dessine aux éditions Delcourt.

    Benoit Rivière sera également présent pour dédicacer avec lui leur série commune « Milo »

    Philippe Scoffoni

    Benoit Rivière

    EXO (série en cours, 2 tomes parus)

     

     

     

     

     

     

    Scénario : Jerry Frissen / Dessin : Philippe Scoffoni

    Résumé : Futur proche. La NASA pense enfin avoir découvert une exo-planète capable d’abriter la vie. Située à 4 années-lumière de la Terre, Darwin II suscite nombre d’interrogations, et fait immédiatement l’objet d’un projet d’exploration par une sonde spatiale. Au même moment, une station orbitale est traversée par un projectile en provenance de la lune, tuant plusieurs astronautes. Coïncidence ?


    MILO (série terminée en 3 tomes)

    Scénario : Benoit Rivière / Dessin : Philippe Scoffoni

    Résumé : Les scènes de crime sont le lot quotidien de Milo Deckman, criminagent du Central Police de Los Angeles. Autant dire que ce dernier a l’habitude de la vue des macchabées. Sauf que cette fois-ci, le voici fort dérouté par le cadavre d’une jeune femme abattue sous ses yeux… Le corps comporte un impact de balle inhabituel. Plus troublant, l’identification rétinienne donne lieu à une double identité…

  • Samedi 2 juillet : Marie-Pascale Lescot en dédicace

    Samedi 2 juillet à partir de 15h, Marie-Pascale Lescot sera à la librairie pour dédicacer sa BD « Jambon d’épaule : 18 mois en capsulite » parue ce mois-ci aux éditions Des ronds dans l’O.

    Afficher l'image d'origine

    Résumé :

    Cette BD décrit avec humour le parcours de Rita, ancienne danseuse cinquantenaire, atteinte par la capsulite, inflammation très douloureuse de l’épaule pour laquelle on ne connait que peu de remèdes. Rita va tout tenter pour apaiser ses souffrances : acupuncture, kiné, balnéothérapie…

    Écrit sous forme de gags en une page, le récit est semi-autobiographique.

    JAMBON D'EPAULE 28 bullivores JAMBON D'EPAULE bullivores

     

    L’auteur :

    Marie-Pascale Lescot vit à Paris. Ancienne danseuse, de formation littéraire, elle a ensuite longtemps travaillé dans l’audiovisuel et se consacre aujourd’hui essentiellement à l’écriture. En 2009, elle a réalisé un film documentaire, «Le Mollet de la danseuse», une interrogation sensible autour du corps et des traces de la danse. Jambon d’épaule s’inspire de son expérience de la capsulite.