couv_404103

Sélection Docu-BD de l’année 2020

BD, Coups de coeur

Sapiens

De David Vandermeulen et Daniel Casanave (Albin Michel) 22.90 €

Adapté de Yuval Noah Harari

couv_404103

David Vandermeulen et Daniel Casanave adaptent avec talent le best seller de Yuval Harari. Cette version, qui reprend le texte d’origine, est plus accessible que ce dernier de par sa forme, et pourra être lu avec plaisir et intérêt à partir de 14 ans.

Les auteurs nous expliquent de façon claire et documentée, la naissance de l’humanité, dans ce tome, des origines à l’invention de l’agriculture. Une suite est à venir.

Harari est mis en scène visitant divers scientifiques à travers le monde, qui lui expliquent, chacun à partir de sa spécialité, comment homo sapiens est devenu ce qu’il est. Biologistes, sociologues et anthropologues du monde en entier nous donnent à voir un éclairage nouveau sur nos origines. De la rivalité avec les néandertaliens à l’apprivoisement de la nature en passant par la révolution cognitive ; l’ouvrage vulgarise avec humour les fondamentaux de notre existence.

Une BD essentielle par le fondateur de la collection « petite bédéthèque des savoirs ».


Cent mille ans : Bure ou le secret enfoui des déchets nucléaires

De Cécile Guillard (la Revue Dessinée – le Seuil) 18.90 €

Adapté de l’enquête de Pierre Bonneau et Gaspard d’Allens

couv_406979

Bure, petit village de Meuse de 80 habitants, est tristement célèbre pour être un site nucléaire de premier plan. On prévoit d’y enfouir 85 000 m3  à 500m sous terre.

Pour la France, l’enjeu est colossal. Le nucléaire est l’industrie que l’Etat a choisi de pousser, et un site d’enfouissement tel que celui-ci est devenu nécessaire.

Le lieu a été choisi pour sa faible population,  qui ne risquerait pas de se révolter outre mesure une fois que l’on aurait déversé sur elle des millions d’euros pour la faire taire. Mais c’était sans compter sur la détermination de certains d’entre eux, qui mèneront contre l’Etat et les puissances de l’argent, un véritable bras de fer.

Les millions n’auront pas su faire taire la contestation… c’est donc par la force et la répression aveugle que l’on tentera de l’écraser.

Entre corruption, clientélisme et répression autoritaire, Bure est devenu le symbole de toute une lutte anti-nucléaire et écologiste. Une Zone à Défendre écrasée par un rouleau compresseur des plus puissants, qui ne lésine sur aucun moyen pour arriver à ses fins.

Un excellent reportage mêlant politique économie et écologie, dans la lignée des « Algues vertes » d’Inès Léraud chez le même éditeur.


La Bombe

D’Alcante, Bollée et Denis Rodier (Glénat) 39 €

couv_385597

Ce joli pavé de plus de 450 pages nous dévoile en détail l’histoire incroyable de la bombe atomique. Des premiers essais d’Einstein, et des mines du Katanga jusqu’à cet effroyable 6 août 1945 où Hiroshima est quasiment rayée de la carte, « la Bombe » raconte tout.

L’histoire se dévoile à travers les Hommes qui la constituent :

On rencontre les personnages clefs de l’Histoire : les scientifiques (Einstein, Oppenheimer…) et les décideurs politiques (Roosevelt, Truman). Mais aussi une panoplie de personnages de l’ombre :

  • Ebb Cade : ouvrier noir américain à qui on injecta à son insu de la radioactivité afin de constater ses effets sur le corps humain
  • Léo Szilard : scientifique qui aura fait tout son possible pour que la bombe soit développée, puis pour qu’elle ne soit jamais utilisée
  • Leslie Groves : qui dirigea le Projet Manhattan
  • Et bien sûr les victimes de japonaises des deux explosions

La documentation et le réalisme de l’oeuvre sont saisissants, Hiroshima est reconstituée à l’identique sous la plume de Denis Rodier.

Très complet, « la Bombe » est déjà devenu un ouvrage de référence sur le sujet, et au delà,  c’est une BD passionnante et palpitante jalonnée de nombreux rebondissements.


La malédiction du pétrole

de Jean-Pierre Pécau et Fred Blanchard (Delcourt) 17.50 €

couv_386603

Longtemps considéré comme une eau noire salissante et inutile, le pétrole, depuis la découverte de son utilité il y a près d’un siècle et demi, est devenu l’un des plus grands fléau de notre histoire contemporaine.

Jean-Pierre Pécau nous raconte avec brio l’histoire économique et politique de cette substance qui n’a eu de cesse de se mêler à l’Histoire mondiale.

On découvre avec stupéfaction, au fil des pages, les liens entre les grands évènements de l’histoire contemporaine et l’ascension du pétrole en tant qu’énergie incontournable de notre siècle. Les grandes guerres mondiales, les immenses fortunes, les grandes manœuvres politiques… les épisodes épisodes de notre histoire sont ici réécrits à travers le prisme du pétrole.

Cette enquête politico-économique est passionnante et très éclairante sur notre monde actuel.


Payer la Terre

de Joe Sacco (Futuropolis) 26 €

couv_382932

Joe Sacco, l’un des plus grands BD reporters internationaux, revient avec un reportage saisissant sur les premiers habitants du Nord-Ouest du Canada : les Dene.

Comme à son habitude, Joe Sacco se met en scène sur les lieux, il rencontre les populations, recueille leurs témoignages…

Installé sur des terres impropres à l’agriculture, ce peuple millénaire a de tous temps était laissé tranquille par ses colonisateurs. Jusqu’au jour où la découverte de pétrole et d’or a décidé les autorités canadiennes à se préoccuper de ce peuple et du même coup à annihiler sa culture.

Sacco parle ici de véritable génocide culturel sur ce peuple. Les enfants sont séparés très jeunes de leurs parents pour être envoyés dans des écoles canadiennes où ils oublient leur langue et leurs traditions.

Ce peuple a donné sa terre en échange d’une maigre rétribution annuelle. Il a aujourd’hui oublié son identité et est devenu dépendant de l’Etat, incapable désormais de subsister dans son propre milieu naturel.

 


L’Odyssée d’Hakim

De Fabien Toulmé (Delcourt) terminé en 3 tomes

Couverture de Odyssée d'Hakim (l') -1- De la Syrie à la Turquie

Cette année s’est terminée la magnifique Odyssée d’Hakim, qui relate avec beaucoup de justesse le périple d’un migrant à travers l’Europe.

Profondément choqué, voire ébranlé, par la tragédie des migrants, Fabien Toulmé a décidé de faire sa part pour donner un visage à ces millions de déplacés fuyants guerre et misère. Grâce à un ami journaliste, il a pu rencontrer Hakim, un réfugié syrien fraîchement établi en France après une épopée de plusieurs mois d’Orient en Occident. Voici son histoire.

Raconté à hauteur d’homme, ce récit édifiant permet d’entrevoir de matière frontale ce qu’a pu endurer ce héros involontaire. Ce dernier, un monsieur Tout le monde, va, tour-à-tour, être témoin des premières manifestations à Damas, se faire arrêter et torturer par la police secrète avant de tout quitter – famille et entreprise – pour sauver sa peau. Liban, Jordanie, Turquie, les premières étapes de son exil vont le voient être exploité et humilié par des employeurs peu scrupuleux et constater l’apparition et la multiplication des regards malveillants de ceux à qui l’étranger fait peur. Heureusement, il peut compter par la diaspora syrienne pour trouver un peu de réconfort quand les autres portes se ferment à lui.


Bella Ciao

De Baru (Futuropolis) 20 €

couv_401546

Grand prix d’Angoulême 2010, Baru est ce que l’on peut appeler un auteur de BD sociale.

Avec « Bella Ciao », premier opus d’une série qui en comptera 3, il revient aux sources pour nous parler de ses racines de fils d’émigré italien. A travers son histoire personnelle, il dépeint celle de tout un peuple…

L’histoire débute avec le massacre d’Aigues-Mortes en 1893 lors duquel des travailleurs italiens sont lynchés en pleine rue par la population. S’ensuivra une politique de « préférence nationale » qui aboutira à l’expulsion des ouvriers étrangers du sol national.

S’ensuivent de nombreux épisodes familiaux, caractéristiques de la vie ouvrière émigrée de l’époque. Baru s’attarde aussi sur les origines de la chanson « Bella Ciao » qui émaille le récit et revient inlassablement à la tête du lecteur au fil des pages.

« Bella Ciao » est peut-être l’un des récits les plus personnels de Baru, et donc des plus forts. On y retrouve tout le talent de l’auteur sur un sujet qui malgré les années, reste toujours d’actualité.